Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Éditos du président

L'Édito du Président
Novembre 2017

L'Édito du Président
Édito du Président FFB - Novembre 2017.
 
« Mesdames, Messieurs,
 
Ce début de saison me rassure d’une certaine manière car nous constatons qu’à la même date, par rapport à la saison dernière, nous approchons les 10 % d’augmentation du nombre de nos licenciés. Il ne s’agit donc pas uniquement d’un effet post-Jeux olympiques comme nous l’entendons souvent. Je le répète, cette dynamique découle du travail effectué, au sein de nos associations, par les dirigeants, les éducateurs, les bénévoles, les officiels et par tous ceux qui font vivre le noble art au niveau local, au plus près du terrain. Je les en remercie à nouveau. Cela prouve que la boxe a encore de beaux jours devant elle.
 
Ces dernières semaines, plusieurs de nos boxeurs professionnels ont représenté notre pays lors de championnats du monde. Que dire, par exemple, de la performance de Carlos Takam qui a défié, devant 80 000 spectateurs au Principality Stadium de Cardiff, le champion du monde en titre unifié des poids lourds et super star, l’Anglais Anthony Joshua ? Félicitons également Thomas Masson et Hassan N’Dam pour leur performance courageuse et honorable, également lors d’un championnat du monde, le 22 octobre dernier, au Japon. Nos championnes ne sont pas en reste et n’ont rien à envier à ces Messieurs. Bravo à Justine Lallemand qui s’est emparée du titre mondial WBF des poids mi-mouches face à l’expérimentée Anne-Sophie Da Costa, mais aussi à Myriam Dellal qui a tenu la dragée haute à la grande championne Delfine Persoon et n’a pas démérité pour le titre WBC des poids légers.
 
Pour conclure sur la boxe professionnelle, ce mois-ci, je tiens à adresser une mention particulière à Malamine Koné qui a organisé un gala au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, le 11 novembre, avec, à l’affiche, de nombreux combats franco-français de qualité et, surtout, équilibrés. Ce parti pris est très intéressant et permet à la discipline de retrouver une forme de crédibilité là où, trop souvent, les combats joués d’avance ne mobilisent pas le public. Vous le constatez, la boxe est de retour sur nos écrans et pour que cela perdure, nous avons le devoir de proposer les meilleures oppositions possibles mais également de faire connaître nos champions en les confrontant et non en les faisant s’éviter. Je pense, par exemple, au combat Mohoumadi-Rebrassé pour le titre européen ou encore, au duel Mohammedi-Zoulikha et au match Beaussire-Jacob pour le titre de l’Union européenne. Ces boxeurs ont pris des risques qui se sont avérés payants.
 
Fin octobre, avait lieu, en boxe amateur, les championnats d’Europe juniors masculins à Antalya, en Turquie. Le résultat est décevant puisque l’équipe est revenue de ces championnats sans médaille, même si l’un de nos représentants aurait mérité une telle récompense. Malheureusement, les juges en ont décidé autrement… Ce rendez-vous continental me conforte dans l’idée qu’il y a encore du travail à effectuer avec les collectifs jeunes et que l’apprentissage des exigences du haut niveau est difficile. Espérons que nos Bleuettes représenteront dignement et avec plus de succès nos couleurs lors des championnats du monde juniors qui se tiendront en Inde jusqu’au 26 novembre.
 
Sur le plan national, les championnats régionaux ont débuté et laissent présager une forte concurrence pour les phases finales des championnats de France. La Commission nationale de boxe amateur (CNBA) se réunira, début décembre, pour constituer les tableaux des CFA. Nous souhaitons d’ores et déjà bonne chance aux futurs participants. Je le répète souvent mais ces phases finales font généralement office de début de carrière pour les futurs champions de notre discipline.
 
En ce qui concerne les équipes de France, je regrette qu’il n’y ait pas plus de rencontres internationales de programmées. Suite à diverses réunions avec les entraîneurs nationaux et la Commission fédérale des rencontres internationales, nous devions passer la vitesse supérieure pour organiser trois rencontres avant la fin d’année 2017. Des dysfonctionnements n’ont pas permis de mettre en place ces événements, à mon plus grand regret. Au même titre que la boxe professionnelle, la Fédération a la volonté de faire connaître ses boxeurs amateurs de haut niveau sur l’ensemble du territoire au lieu de les faire sortir systématiquement à l’étranger. C’est une thématique sur laquelle il nous faudra sérieusement nous pencher au premier semestre 2018.
 
Enfin, je tiens à saluer notre récent champion du monde amateur, Sofiane Oumiha, qui s’est engagé auprès de la Fédération à représenter l’équipe de France durant cette olympiade et à en être le fer de lance pour transmettre son expérience à l’ensemble de ses coéquipiers. C’est là une sage et judicieuse décision qui, à n’en pas douter, lui permettra de demeurer au sommet de l’élite mondiale, en boxe olympique ».
 
Cordialement,
 
André Martin
 
Président de la FFB

Retour aux éditos du président