Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Action FFB-PJJ

Ziani pour la bonne cause

Insertion et cohésion sociale
Le 15 Juin 2016

 

La commission régionale sport de la direction de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) Sud a organisé samedi à Castres (Tarn) une journée de boxe éducative assaut pour des jeunes délinquants avec un champion de boxe.
 
 
Samir Ziani avec les éducateurs de la PJJ, du Boxing Club Castrais et les membres du comité de sport adapté du Tarn au gymnase de la Borde-Basse samedi. Photo DDM Br. M.
 
« À leur âge j'étais une tête de mule, je n'écoutais pas et j'étais irrespectueux. La boxe m'a apporté le respect et la discipline. Et cela a été un ascenseur social pour moi ». C'est pour faire passer ce message que Samir Ziani, roi de  France des poids super-plume, ex-champion WBA-International) et co-challenger au titre EBU, est venu samedi à Castres participer à une journée dédiée à la boxe éducative au profit de jeunes délinquants de 12 à 17 ans suivis par la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). « Cela fait plusieurs années que l'on a un partenariat avec le boxing-club castrais qui anime des ateliers de boxe éducative à l'établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Lavaur », explique Cédric Doré, éducateur à la PJJ qui a organisé cette journée hier au gymnase de la Borde Basse pour des jeunes qui ne sont pas incarcérés. La boxe éducative se pratique avec des coups qui se font par le toucher pour ne pas occasionner de sensation de douleur à son partenaire. En plus des techniques de base de la boxe, cette action apporte au public des notions et des valeurs transposables du sport à son quotidien. « Cela apprend aux jeunes le respect, l'humilité, ils travaillent sur leurs craintes et la maîtrise de soi », continue l'éducateur ravi de la mobilisation des jeunes venus, parfois de loin et un samedi, sur la base du volontariat, hormis deux qui effectuaient une mesure de réparation. « C'est une journée super. J'avais envie de faire de la boxe mais mes parents n'ont pas les moyens de m'inscrire », lâche cet adolescent de 16 ans. « Je leur transmets un message à l'oral et sur le ring. Après ils en font ce qu'ils en veulent, continue le champion de boxe de 25 ans originaire de Villeneuve-sur-Lot et licencié à Blagnac qui aime ce contact avec les jeunes en allant régulièrement dans les écoles. La boxe apporte une certaine assurance et oblige à se remettre en questions. Parce que souvent à leur âge, et encore plus quand on est en groupe, on se prend pour un roi. Mais sur un ring on est tout seul face à soi-même. La boxe c'est l'école de la vie ».
 
La PJJ prend en charge et encadre les mineurs qui font l'objet d'une décision de justice pour leur permettre de comprendre la portée de leurs actes et s'insérer dans la société. Elle se mobilise avec tous les acteurs de la justice des mineurs et de nombreux partenaires dans les domaines de l'éducation, de l'insertion, de la culture, du sport et de la santé pour apporter une réponse adaptée à la situation de chaque jeune qui lui est confié. « On travaille aussi sur la citoyenneté, c'est pourquoi on a associé la Fédération française de sport adapté à cette journée pour que les jeunes rencontrent un public en situation de handicap », confie Cédric Doré. « On essaye de développer la mixité avec différents publics, explique de son côté Olivier Rouquier du comité départemental de sport adapté du Tarn. Et les échanges se passent super-bien avec ces jeunes qui sont bienveillants avec nos sportifs ». Une quinzaine de licenciés des clubs de sport adapté de Braconnac-Les Ormes à Lautrec et de Belmont-sur-Rance dans l'Aveyron étaient présents pour boxer avec les jeunes encadrés par la PJJ. « En plus, la boxe est une discipline que l'on fait peu et on aime découvrir de nouvelles activités », continue Olivier Rouqier. « C'est une activité à poursuivre », renchérit Frédérique Huc, la présidente du comité du Tarn, ravie de cette journée d'échange avec la commission régionale sport de la protection judiciaire de la jeunesse.
 
Par Br. M.
 
Source : Sudouest.fr

 

 

 

Share |