Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

La vie fédérale

Thierry Braillard à l'heure du bilan

La vie fédérale
Le 28 Janvier 2017

 

Comme c’est la tradition, le secrétaire d’État chargé des Sports a présenté ses vœux, le 24 janvier. L’occasion, à quelques semaines de l’élection présidentielle, de revenir sur l’ensemble de son action dans laquelle s’est inscrite la FFB.
 
 
« Nous avons fait avancer le sport français », a affirmé le secrétaire d’État après bientôt trois ans dans l’exercice de ses fonctions. Et de rappeler qu’elle fut sa ligne directrice : « Ma préoccupation constante aura été (…) de contribuer à façonner le sport de demain, un sport plus accessible, plus protecteur, plus éthique et plus compétitif. Un sport qui participe pleinement d’une société qui se veut éducative et inclusive ». Une feuille de route qu’a fait sienne la FFB, en particulier dans le cadre d’actions comme DEFIS Boxe ou « Boxer ensemble pour mieux vivre ensemble ». Le sport au service d’une « société́ plus juste et solidaire » : ce vœu pieux a permis qu’il ait tout sa place dans le cadre du Comité́ interministériel Égalité et Citoyenneté convoqué au lendemain des attentats qui ont ensanglanté la France. Comme l’a redit Thierry Braillard, « notre vision du sport s’est organisée autour de trois priorités : mieux accompagner et protéger les sportifs ; reconnaître au sport son rôle majeur dans la cohésion sociale et l’insertion ; mieux réguler un sport qui doit être plus exemplaire et plus éthique ».
 
 
Des ambitions qui sont aussi celles de la Fédération et de la Direction technique nationale, lesquelles se sont approprié sans attendre les outils mis en place par le ministère où déjà existants. Et ce, afin de développer le noble art sur l’ensemble du territoire et auprès de tous les publics. La FFB a, par exemple, mis en œuvre le plan Citoyens du Sport qui a débouché, depuis 2015, sur la création de plus de 400 emplois, souvent dans des quartiers prioritaires. De leur côté, certains de ses clubs ont profité des aides du Centre national pour le développement du sport (CNDS) dont la priorité est de réduire les inégalités d’accès à la pratique sportive, notamment dans les territoires ruraux et d’outre-Mer.
 
Des objectifs partagés
 
Lutte contre toutes les formes de discrimination, soutien aux actions du tissu associatif local, promotion du handisport, pratique d’activités physiques dans le cadre du sport santé : autant d’objectifs évoqués par le secrétaire d’État et qui sont partagés par la Fédération. De même en ce qui concerne la lutte antidopage et la transposition en droit français du Code mondial antidopage de 2015. Dans un autre registre, les athlètes de haut niveau de la FFB sont aussi les destinataires, parmi d’autres et à des degrés divers, des lois initiées par le ministère pour consolider la situation sociale et professionnelle des sportifs. Parmi elles, la loi du 27 novembre 2015 qui favorise leur insertion professionnelle, permet d’aménager leurs études et améliore leurs conditions de préparation vers l’excellence grâce à de nouveaux dispositifs d’accompagnement. Autre dispositif désormais accessible aux membres des équipes de France de boxe, le Pacte de performance qui vise à rapprocher les sportifs de haut niveau et les entreprises.
 
 
Un élan général qui trouverait son apothéose si Paris était désigné, en septembre prochain, pour accueillir, en 2024, les Jeux olympiques et paralympiques. Ce serait là, a assuré Thierry Braillard, « une magnifique opportunité non seulement pour le sport français mais aussi pour toute la société française ». Et la boxe tricolore.
 
Par Alexandre Terrini
 
Mise en ligne par Olivier Monserrat-Robert
 
Crédits photos : Denis Boulanger - Presse Sports

 

 

 

Share |