Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

CFA seniors femmes

Zidani doit voir plus loin

Boxe olympique
Le 14 Février 2017

 

Sacrée, à domicile, championne de France des - 60 kg samedi, Amina Zidani (Don’t Panik Team) poursuit son irrésistible ascension. La Havraise entend désormais se faire un nom sur la scène internationale.
 
 
Amina Zidani, répondant ici aux questions d’Arnaud Romera (France Télévisions), a décroché sa deuxième ceinture nationale, la première chez les moins de 60 kg où elle succède au palmarès à Estelle Mossely (à gauche)
 
Une soirée parfaite, une organisation soignée pour un show de qualité dans un Magic Mirrors noir de monde, et une magnifique vitrine pour la boxe féminine. Ces finales des championnats de France féminins, diffusées sur France Ô, ont permis au grand public de découvrir les talents de demain. Et parmi eux, figure incontestablement Amina Zidani. La boxeuse de la Don’t Panik Team a conservé une ceinture nationale.
 
 
Pas celle acquise un an plus tôt à Aubervilliers chez les moins de 64 kg, mais bien en moins de 60 kg au terme d’un combat maîtrisé face à Sédia Sanogo (Boxing Club de Garges). Plus mordante, plus précise dans ses crochets, le sacre de la Havraise a sonné comme une évidence au terme de quatre reprises globalement dominées. Les trois juges se sont logiquement rangés en faveur d’Amina Zidani (vainqueure aux points par trois fois 39 à 37). « Elle a montré de la détermination, juge Estelle Mossely, en spectatrice de choix de ce duel. Boxer à domicile, cela joue énormément. Il fallait bousculer son adversaire, en vouloir, ce n’était pas que de la technique ». « J’ai travaillé dur pour m’imposer dans cette finale, déclare la désormais double championne de France seniors. Maintenant, il faut remporter des tournois internationaux. Je dois me faire connaître sur la scène mondiale pour les prochaines grosses compétitions comme les championnats d’Europe ou du monde ».
 
Mossely : « Il faut qu’elle prenne son temps »
 
La semaine prochaine, Amina Zidani va participer à un stage d’évaluation avec l’équipe de France. Avec la volonté de poursuivre son irrésistible ascension, la Havraise ne compte pas se relâcher. Car le plus dur l’attend : la boxeuse de la Don’t Panik Team doit maintenant briller au-delà de l’Hexagone. Son entraîneur, Abdel Zaouiche, soulagé après la victoire de sa protégée, lui promet un avenir radieux. « C’est une amatrice, mais je suis persuadé qu’elle est capable de faire son trou, d’aller chercher un titre à plus grande échelle. On espère bien qu’elle ira aux JO de Tokyo ».
 
 
« On a des anciennes qui se sont arrêtées, d’autres qui sont passées professionnelles. On sent qu’il y a une petite vague de jeunesse, indique Anthony Veniant, entraîneur national de l’équipe féminine. Au Havre, il s’agit d’une revue d’effectif. On est dans l’après-Rio, avec l’idée de reconstituer un collectif qui travaillera et s’orientera vers 2020 et les JO de Tokyo. Amina évolue bien, et avec l’arrêt (provisoire) d’Estelle Mossely, elle a le potentiel pour s’illustrer chez les moins de 60 kg. Je pense qu’elle va très vite trouver sa place. Pour cela, elle doit gravir les échelons, prendre un peu d’expérience ».
 
 
Un avis entièrement partagé par la championne du monde et olympique de Rio, Estelle Mossely. « Là, ce n’est qu’une étape avant les vrais combats, les combats internationaux où le niveau ne cesse d’augmenter chaque jour. Il faudra continuer de s’entraîner, encore plus dur, corriger les lacunes techniques. Aujourd’hui (lire samedi soir), elle avait l’ascendant, mais demain elle peut tomber sur une fille qui sera encore plus physique. Il faut qu’elle prenne son temps. Moi, j’ai pris conscience de l’importance de chaque tournoi à l’international. Elle doit emmagasiner un maximum d’expérience et de techniques, s’endurcir physiquement, c’est ça qui l’amènera vers le plus haut niveau ».
 
Vastine s’incline pour la 3e place, Nehili vainqueur
 
En préambule des finales, trois Normands étaient en lice. Cindy Vastine (Pont-Audemer) s’est inclinée à l’unanimité des juges (0-3) dans son combat  pour la troisième place dans la catégorie  des moins de 64 kg face à Flora Pili  (Saint-Avold), plus vive et percutante  dans ses offensives. De son côté,  le junior Yassin Nehili (Don’t Panik Team), un peu facile, n’a pas forcé son talent  pour s’imposer aux points (3-0) aux dépens de Melvin Nicolau (BC Barentin).
 
Par Luc Gallais
 
Source : Paris - Normandie
 
Crédit photos : Eric Balendent
 

 

 

 

Share |