Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Disparition

Georges Estatoff s'en est allé

La vie fédérale
Le 09 Mai 2017

 

Le monde de la boxe est endeuillé : en effet, le Viennois Georges Estatoff est décédé à Voiron (Isère), à 85 ans, des suites d'une longue maladie.
 
 
Dimanche pendant que la France votait pour élire son nouveau président de la République, Georges Estatoff, qui faisait partie des géants du noble art et des seigneurs des rings, s’en est allé dans les étoiles retrouver ses illustres adversaires. Né à Vienne le 5 janvier 1933, l'emblématique boxeur viennois des années 60, d’origine Russe, fut l’un des sportifs les plus populaires aux côtés de son ami Jacky Bouquet, alors capitaine du quinze de France. Père de 4 enfants, il fut champion de la marine avant de disputer une trentaine de combats professionnels de 1955 à 1965. Il affronta les meilleurs boxeurs de l’époque tels Nino Benvenuti et le géant Sugar Ray Robinson, anciens champions du monde, François Pavilla, Jean Josselin, Fabio Bettini, Max cohen, Hippolyte Annex, et bien d’autres encore au palmarès à faire frémir…
 
 
Il aurait mérité être champion de France des super-welters, notamment le 13 octobre 1962 devant le petit écran de l’ORTF où il battit aux points le tenant du titre : Jean-Baptiste Rolland, mais comme Raymond Poulidor et le maillot jaune, ce soir-là, la ceinture n’était pas en jeu.  Son heure de gloire fut incontestablement sa rencontre face à Sugar Ray Robinson (considéré par la plupart des analystes comme étant le plus grand boxeur de tous les temps) le 10 novembre 1962 pour l’inauguration du Palais des Sports de Lyon est une salle omnisports lyonnaise, situé dans le quartier de Gerland. Bien que battu, il en sortit considérablement grandi par sa vaillance et son courage, car personne ne souhaitait se frotter à la légende de la boxe qu’était Robinson. Il aurait pu être un grand champion à condition de quitter les siens pour la capitale, mais il préféra rester fidèle à sa ville natale des bords du Rhône et à son entraîneur Ludovic Sablier. Il forma plusieurs générations de boxeurs dont Albert Amatler, champion de France pro à quatre reprises de 1975 à 1980, champion d’Europe des poids plume et numéro trois mondial. Toute sa vie a été consacrée à la boxe. Résident à la maison de retraite de la Côte Saint André (Isère) depuis quelques années, il reçut le 20 mai 2016 la médaille d’honneur de la ville de Vienne des mains du maire Thierry Kovacs en présence de nombreux admirateurs et anciens élèves venus lui témoigner leur sympathie. Ce fut un grand moment d’émotion qui l’avait profondément touché ! Ses obsèques auront lieu à Reventin-Vaugris (Auvergne-Rhône-Alpes), tout près de Vienne à une date encore non communiquée.
 
Avec Michel Amatller

 

 

 

Share |