Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Actu boxe pro

La mue de Cissokho

Boxe professionnelle
Le 13 Mars 2018

 

Le Français (5 v) s’est montré d’une redoutable efficacité pour vaincre avant la limite (KO 5e) le solide Mexicain Danien Vega Cota (11 v, 1 n, 1 d), le 10 mars, à La Seine Musicale de Boulogne-Billancourt.
 
 
 
 
 
Une grosse poignée de secondes, histoire de jauger l’adversaire et de ne pas partir au front la fleur au fusil et la machine de guerre était lancée. Bien campé sur ses appuis, le médaillé de bronze olympique aux Jeux de Rio démontrait qu’il est bel et bien en train de réussir la transition qui l’a fait passer des purs aux rémunérés. Encore plus puissant qu’il y a quelques semaines, il délivrait, sans nulle précipitation, des coups lourds qui touchaient quasiment à chaque fois, aucun n’étant donné pour rien. Mieux, ce remarquable taux de réussite n’avait pas comme contrepartie une parcimonie dans les efforts consentis. Aussi réfléchi était-il avant de déclencher, le Tricolore n’en était pas moins actif et faisait étalage de toute sa classe version boxe pro. Car c’est bien de cela qu’il s’agissait. Le Francilien a en effet conservé toutes les qualités qui étaient les siennes dans les rangs amateurs en prenant soin de leur adjoindre celles requises en professionnels.
 
« Un objectif : être champion du monde »
 
Il serait facile d’affirmer que son contradicteur du soir était un faire-valoir venu sur les bords de la Seine en victime expiatoire. Il n’en a rien été. Le Latino a donné tout ce qu’il avait en magasin et d’abord, son courage, sa résistance et une volonté réelle de répliquer aux assauts dont il était la cible. Seulement voilà, la fin du premier round sonnait déjà le tocsin pour le Mexicain qui, après avoir été touché au corps, encaissait une première accélération ponctuée d’une droite au visage. Il subissait vaille que vaille dans l’espoir que l’entame tonitruante du Bagnoletais ne durât qu’un temps. Il n’en fut rien. L’élève de Virgil Hunter continua en effet de briller de mille feux sans discontinuer. La suite fut du même acabit avec un Souleymane Cissokho tonitruant, encore plus abouti sur le plan technico-tactique que ce que l’on avait connu jusque-là. Un uppercut au foie crucifia le natif de Mexico, compté dans la troisième reprise. Le duel vira alors à la démonstration et au cavalier seul. Rebelote dans la quatrième suite à une combinaison uppercut droit - crochet gauche puis dans la cinquième sur une droite d’école. La messe était dite tant le visiteur eut du mal à se relever.
 
 
 
 
 
« C’est une très belle année qui commence, pouvait se réjouir, au micro de Canal+, le capitaine de la Team Solide. Avec mon promoteur et mes entraîneurs, nous avons décidé de ne pas tricher. Nous voulions passer un cap. C’est pourquoi nous avions choisi un adversaire un cran au-dessus. Danien Vega Cota est un boxeur vaillant qui ne lâche pas le morceau. Le but était d’emmagasiner de l’expérience. Il fallait que je prenne mon temps et que je montre que je progresse. Ce n’était pas facile car même si cela ne se voyait pas forcément, ses coups faisaient mal. Je suis très content de ce résultat. J’ai hâte d’être au prochain combat et de ramener des titres pour notre beau pays. J’ai un objectif : être champion du monde. Mais cela passe par différentes étapes. Disputer le championnat de France ? Il y a énormément de bons boxeurs en France, dans ma catégorie. Le but, c’est d’avancer. Je verrai avec mon entourage ce qu’il y aura de mieux pour moi. »
 
Par Alexandre Terrini
 
Mise en ligne par Olivier Monserrat-Robert
 
Crédit images - KDLP/Ringstar

 

 

 

Share |