Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Actu boxe olympique

ITW Delphine Mancini

Boxe olympique
Le 04 Avril 2018

 

Après avoir décroché, le 24 février, à Saint-Quentin, son septième titre national en seniors, en -54 kg, aux dépens de Cynthia Lauvergeon (Boxing Beats Aubervilliers), vaincue 5-0, la sociétaire du Boxing Club de Vigneux voit grand.
 
 
« Vous avez été désignée meilleure boxeuse des finales des derniers Championnats de France amateurs (CFA). Tout un symbole…
 
- C’est valorisant d’autant que c’est la première fois en seniors. C’est une belle récompense, un bel aboutissement de toutes ces années de boxe et de championnats de France. C’est aussi le fruit de l’expérience des combats ainsi que d’une progression technique et tactique, de choses que nous avons mises en place avec mon entraîneur et le staff de l’équipe de France.
 
- Quoi, plus précisément ?
 
- On m’a souvent reprochée de ne pas être assez offensive et de travailler plus sur la contre-attaque. Au cours des dernières années, j’ai donc beaucoup bossé pour être plus offensive tout en conservant ma boxe de contre-attaquante afin d’allier les deux styles. Je pense que je suis arrivée au stade où j’arrive à intégrer et à automatiser tout ce que j’ai travaillé. J’ai également mis l’accent sur le physique, que ce soit sur le cardio ou sur le plan musculaire, si bien que mes coups ont davantage d’impact et sont plus efficaces. En outre, j’ai amélioré mes moyens de défense.
 
- En revanche, lors de votre finale face à Cynthia Lauvergeon, on a eu le sentiment que vous auriez pu, voire dû l’emporter plus aisément…
 
- Oui, c’est vrai. Je n’ai commencé à vraiment me lâcher que dans le dernier round. Dans les deux premiers, avec le stress et la pression, je n’ai pas déroulé ma boxe. J’étais un peu crispée et je suis entrée dans son rythme au lieu d’imposer le mien et de travailler sur mes qualités. L’enjeu des championnats de France est toujours très dur à gérer et le fait d’être favorite ne me donne pas pour autant davantage confiance.
 
« Je suis dans la meilleure période de ma carrière »
 
- Vous n’avez évidemment aucun regret de ne pas être passée professionnelle…
 
- Non, vraiment aucun et je pense que si je l’avais fait, je l’aurais regretté. D’abord parce que j’ai besoin de boxer régulièrement, ce qui n’est pas le cas en boxe pro. Ensuite, parce que la boxe olympique me motive beaucoup plus. Enfin, c’est un style qui me convient bien mieux au niveau de l’intensité et du rythme.
 
- Dans la perspective de participer aux JO de Tokyo en 2020, vous avez fait le choix de descendre en -51 kg, une catégorie qui est olympique, contrairement à la vôtre…
 
- Oui, j’ai préféré descendre que monter de catégorie car je n’ai pas de mal à faire la limite des -54 kg. Je suis en effet une petite 54 kg. Il ne sera donc pas trop compliqué pour moi de combattre en -51 kg d’autant que je serai suivie par une diététicienne nutritionniste. En outre, mon style de boxe, en particulier ma vitesse gestuelle, correspondent davantage aux -51 kg qu’aux -57 kg où je manquerais de puissance et de maturité physique.
 
- Quelles sont vos ambitions cette année ?
 
- Monter sur le podium de championnats d’Europe et du monde auxquels je participerai en -54 kg. Je pense en avoir les moyens et avoir franchi un cap. Avec l’expérience que j’ai accumulée, j’ai acquis une certaine maturité qui me permet d’appréhender les grosses compétitions différemment. Par ailleurs, le fait d’avoir remporté le bronze aux derniers championnats de l’Union européenne m’a donné confiance. J’ai le sentiment d’atteindre une certaine maturité et une plénitude. Je trouve que je suis dans la meilleure période de ma carrière, ne serait-ce que dans la mesure où je suis dans la force de l’âge ».
 
Propos recueillis par Alexandre Terrini
 
Mise en ligne par Olivier Monserrat-Robert
 
Crédit photo - KDLP

 

 

 

Share |