Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Actu boxe olympique

La dynamique bleue

Boxe olympique
Le 29 Mai 2018

 

Au fil des semaines et des échéances successives, les contours du collectif senior masculin sont en train de s’affiner. Il est en passe de trouver sa vitesse de croisière avec la qualification olympique pour les JO de Tokyo en point de mire.
 
 
 
Sans verser dans l’euphorie, les feux virent au vert. Les brillants résultats de l’escouade bleu, blanc, rouge lors du récent tournoi Boxam, en Espagne, avec notamment deux médailles d’or, celles de Lounes Hamraoui (-60 kg) et de Djamili-Dini Aboudou (+91 kg), ont de quoi inciter à l’optimisme. De même, la défaite des Bleus sur le fil (5-4), le 25 mai, à Hayange, face à la Russie, qui, pour l’occasion, avait aligné, dans la plupart des catégories, ses numéros un, s’est avérée riche d’enseignements et plutôt prometteuse. « Je suis très content car il y a beaucoup de satisfactions individuelles, assure le head coach, Mariano Gonzalez Cosme. Je suis heureux du travail réalisé par l’ensemble de l’équipe et de l’état d’esprit qui y règne. »
 
 
 
Il est vrai qu’aucun n’a démérité et que d’autres ont rassuré, à l’image de Paul Omba Biongolo (-91 kg) qui a effectué un retour à la compétition probant. A noter, pour corser la chose, que le staff avait dû opérer certains changements dictés par les circonstances. Ainsi Billal Bennama, touché au coude, avait-il laissé la place à Rakyb Mohamed Radji, monté ponctuellement en -52 kg, permettant à Adrien Liégeois d’être titularisé en -49 kg. Lounes Hamraoui, quant à lui, remplaçait Sofiane Oumiha pour laisser souffler le Toulousain après sa brillante victoire, en WSB, devant le triple champion du monde cubain, Lazaro Alvarez. Enfin, Mourad Aliev (+91 kg) était en lice en lieu et place de Djamili-Dini Aboudou, convoqué par la Mairie de Couderkerque pour se voir octroyer un emploi.
 
« Pour l’instant, nous sommes dans les temps de passage »
 
Avant ce match pays à pays, les deux nations avaient effectué un stage en commun, au Creps de Nancy, avec deux entraînements partagés. Au menu, côté tricolore, les contre-attaques et la capacité à doubler les actions. « L’objectif était en outre de permettre à nos boxeurs de prendre des repères et d’emmagasiner de la confiance, en particulier pour ceux qui n’ont pas beaucoup d’expérience internationale », explique Mariano Gonzalez Cosme. Mission accomplie. En clair, la mayonnaise est en train de prendre, se félicite-t-il : « L’équipe de France est dans une très bonne dynamique. Elle a énormément de potentiel. Il y a une réelle osmose entre les anciens et les plus jeunes, sachant que l’on travaille aussi bien dans l’optique des Jeux de Tokyo, en 2020, que de ceux de Paris, quatre ans plus tard. Pour l’instant, nous sommes dans les temps de passage. »
 
 
 
Pour continuer à s’aguerrir et à s’endurcir, la troupe partira à La Havane, du 31 mai au 13 juin. Là, elle s’étalonnera avec les collectifs juniors et séniors cubains. La délégation qui traversera l’Atlantique sera composée des athlètes qui, très vraisemblablement, en découdront aux prochains Jeux méditerranéens, du 22 juin au 1er juillet, à Tarragone, en Espagne. Et ce, à l’exception de Rakyb Mohamed Radji dont la catégorie des -49 kg ne sera pas au programme, faute d’un nombre suffisant de combattants. Se joindront à eux trois des quatre qualifiés pour les prochains championnats du monde juniors - Ibrahim Boukedim en -52 kg, Ali Galtier en -64 kg et Wilfried Florentin en -91 kg -, Billel Gourari (-56 kg) ayant renoncé pour cause de blessure. De l’autre côté des Pyrénées, la Direction technique nationale visera quatre médailles dont au moins une du plus beau métal.
 
Par Alexandre Terrini
 
Mise en ligne par Olivier Monserrat-Robert
 
Crédits images : service communication de la ville de Hayange

 

 

 

Share |