Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

ChM Juniors (H et F)

Paris via Budapest

Boxe olympique
Le 10 Août 2018

 

Cinq juniors tenteront de briller, du 20 au 31 août, à Budapest, lors des Mondiaux. Une échéance qui s’inscrit forcément à plus long terme, dans l’optique des JO en 2024, en France.
 
 
Ils seront donc un quintette chargé de défendre les couleurs de la Patrie en Hongrie. Parmi eux, deux juniors 1 (Ibrahim Boukedim et Wilfried Florentin) et trois juniors 2 (Billel Gourari, Ali Galtier et Axel Yoka) qui passeront donc seniors dans les prochains mois. La troupe a eu l’occasion de se roder du 21 au 26 juillet dernier, à Saint-Pétersbourg. Pendant une semaine, elle a enchaîné les tests-matchs quotidiens face aux Russes, aux Cubains et aux Kazakhs. Seuls les athlètes qualifiés pour les Mondiaux avaient été conviés, ce qui garantissait des oppositions d’un niveau relevé. L’occasion non seulement d’observer des adversaires potentiels dans la perspective d’éventuelles retrouvailles en Hongrie mais aussi de se mettre déjà dans le rythme des championnats du monde. Après la Russie, direction Bugeat pour un stage avec le collectif senior, du 8 au 13 août, avec, là encore, des test-matchs. Enfin, un ultime rassemblement est prévu à l’Insep avant de s’envoler pour Budapest.
 
Lors de chacune de ses trois étapes, le fil rouge sera le même. « Les défauts qui ressortent le plus sont le mauvais placement des mains, le manque de continuité dans les actions et un débit de coups trop faible ou intermittent, explique Mohamed Boulakhras, entraîneur national en charge du collectif masculins jeunes. On constate aussi un problème de comportement sur le ring car nos athlètes ne sont pas toujours suffisamment présents. On ne les voit pas assez et ils ne donnent pas l’impression d’être dominants, de prendre l’ascendant sur leur adversaire. Il est donc impératif qu’ils acquièrent un état d’esprit plus conquérant et qu’ils cherchent à survoler les débats au lieu de se contenter de faire jeu égal avec leurs opposants. »
 
« Des jeunes boxeurs mais qui se connaissent déjà bien »
 
Sur le papier, chacun des Tricolores a le potentiel pour monter sur le podium même si l’on sait pertinemment que lors de ce genre de rendez-vous planétaire, des facteurs impondérables sont susceptibles de venir contrarier les rêves de succès, qu’il s’agisse d’un tirage au sort plus ou moins corsé ou de décisions arbitrales parfois surprenantes. « Pour le reste, je ne suis pas trop inquiet, notamment en ce qui concerne la gestion du stress, assure Mohamed Boulakhras. En effet ce sont certes de jeunes boxeurs mais qui se connaissent déjà bien et qui ont confiance en eux. Ils sont encore dans l’insouciance et n’ont pas peur de l’enjeu. En outre, ils savent qu’ils sont en pleine construction et que plus qu’une médaille lors de ces Mondiaux, le véritable objectif, c’est une qualification pour les Jeux olympiques de Paris, en 2024. Ces championnats s’inscrivent donc dans la continuité du travail qui a été mis en place. »
 
 
Toujours est-il que revenir berdouille des bords du Danube n’est évidemment pas dans les intentions du staff, lequel vise au moins deux accessits. Pour cela, il pourra miser sur un groupe solidaire, soudé et bosseur. « Les gars sont à la fois autonomes et impliqués, se félicite Mohamed Boulakhras. Le comportement collectif est à la hauteur de ce que l’on attend d’eux. » Un bon point de départ pour nourrir des ambitions internationales.
 
Par Alexandre Terrini
 
Mise en ligne Olivier Monserrat-Robert
 

 

 

 

Share |