Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Officiels

 

 

Michel Corbiere
Rappel au règlement :

Tous les jugements des championnats de France seniors doivent se faire aux boîtiers électroniques (scoring machine, boxe compteur), pour les ½ finales et les finales à la scoring machine. Les Comité Régionaux organisateurs de phases de ces championnats, qui ne sont pas encore dotés du boxe compteur sont invités à s'en procurer le plus rapidement possible.

D'autre part...

Membres de la commission :

Michel CORBIERE Président  
Jean Robert LAINE (PIC)    
Francis BEUCHET (BOU)    
Christophe HEMBERT (NPC)    
Patrick BALLIVET ( NOR)    
Jackie QUEANT (CHA)    
Denis LAFOND (CEN)    
Gérard LAVAUD (MIP)    
Bernard TOSSI (DAU)    
Emmanuel BOUVET (PAL)    
Bertrand CHAGNOUX (CEN)    

Les Cadres
de réunion

Le Chronométreur

Le Juge

L'Arbitre

Les Délégués
de réunion

La Commission Nationale des Officiels (C.N.O.) a dans ses attributions :
- suivre constamment les résultats donnés par l'application des règlements au cours des réunions, d'en faire la critique. le rapport,
- proposer au Comité Directeur ou à son Bureau Exécutif, toutes modifications
utiles aux Règlements et Code Sportif,
- la promotion des chronométreurs et présentateurs.


- Elaborer et appliquer un programme de recrutement de juges, arbitres, délégués
de réunion, chronométreurs ; procéder à leur instruction et à leur perfectionnement,
- Examen des juges - arbitres nationaux, Inter régionaux, régionaux
- Examens de délégués de réunion nationaux
Les cadres de réunion

L'organisateur

L'organisateur assume la responsabilité financière de l'organisation matérielle des réunions de boxe devant les pouvoirs publics et la FFB. Il doit veiller à l'application de toutes les dispositions définies par le règlement et le Code sportif de la FFB.

Le commissaire de réunion

L'organisateur peut déléguer à un commissaire de réunion titulaire d'une licence fédérale, la charge de l'organisation détaillée et matérielle pour tout ce qui n'est pas du ressort des officiels.

Le présentateur

Le présentateur titulaire d'une licence fédérale n'est chargé d'annoncer au public que les indications qui lui sont communiquées par le délégué de réunion ou l'arbitre des combats.

La décision d'un combat ne peut être annoncée si des personnes autres que les deux boxeurs, l'arbitre et le présentateur sont sur le ring.
Le chronométreur

La tâche essentielle du chronométreur consiste à contrôler le nombre et la durée des reprises, ainsi que les intervalles entre les reprises.

Le chronométreur se tient à la table des officiels.

Le chronométrage d'un combat doit toujours être effectué simultanément avec deux chronomètres, propriété de l'officiel.

Le chronométreur indique à l'aide d'un gong ou d'une cloche :
- le début des reprises,
- la fin des reprises,
- la sortie du ring des instructeurs.

Il prend au chronomètre les temps suivants :

- la sortie des instructeurs 5 secondes avant la fin de la minute de repos,
- la durée des reprises,
- les arrêts momentanés du combat qui, en boxe amateur, sont décomptés de la durée des reprises (sauf les comptes et les breaks pour lesquels le chronomètre n'est pas arrêté).

En boxe professionnelle, le chronométreur ne devra jamais arrêter son chronomètre, sauf sur ordre de l'arbitre ;
- la minute de repos.

La durée des temps pris par le chronométreur ne peut être discutée.

Le chronométreur seconde l'arbitre en cas de KD d'un ou des boxeurs, comptant à haute voix pendant qu'il donne avec la main la cadence des secondes.

Si un boxeur est à terre à la fin d'une reprise ou de la dernière reprise, et que l'arbitre est en train de compter, le chronométreur ne doit pas faire sonner le gong (sauf cas particuliers traités dans le Manuel d' Arbitrage). Il ne le fera retentir qu'après le « Box » de l'arbitre indiquant la reprise du combat.
En boxe amateur, la minute de repos ne sera pas réduite. En boxe professionnelle, le temps du compte qui dépasse les trois minutes sera déduit du temps de repos.

Le chronométrage par pendule ou gong automatique est autorisé, à condition que ce matériel ait reçu l'agrément de la FFB.

Il est recommandé au chronométreur de lever son marteau de façon visible 10 secondes avant la fin de la reprise pour annoncer son terme à l'arbitre.
Le juge

Les Juges ( toujours en nombre impair : 1, 3 ou 5 ), assis autour du ring, évaluent le comportement de chaque boxeur.

- Le juge assiste au combat sur le côté du ring.
- Il chiffre ses appréciations, les porte sur son bulletin après chaque reprise et inscrit sa décision en fin de combat.
- Il peut infliger un avertissement s'il estime que, lui-même étant arbitre, il aurait sanctionné le boxeur fautif : J (en le justifiant, pour les amateurs).
- Il peut refuser un avertissement donné par l'arbitre: X.
- Il peut l'accepter: W (en le justifiant, pour les amateurs).
- Il mentionne les KD. En boxe amateur, il justifie les KD subis à la suite de coup(s) reçu(s) à la tête : KD (T).

Ces mentions doivent être portées dans la colonne « Observations » du bulletin de pointage.

Il ne devra pas parler aux boxeurs, juges ou toute autre personne pendant la durée du combat. Il ne pourra quitter son siège qu'après l'annonce de la décision.


Le rôle du Juge
L'arbitre

Il a les pouvoirs suivants :

1. Arrêter le combat à n'importe quel moment s'il le juge trop inégal, si un boxeur a été blessé, s'il juge que les boxeurs ne combattent pas sérieusement, si un incident matériel trouble le déroulement du combat.

2. Demander aux juges de se prononcer sur une faute éventuelle qu'il n'aurait pas vue.

3. Consulter le médecin sur le degré de gravité d'une blessure.

4. Réprimander un boxeur.

Cette réprimande est une sorte de conseil ou de blâme que donne l'arbitre pour éviter des pratiques indésirables.

Pour ce faire, il interrompt le combat (Stop). Utilisant un langage gestuel, il fait des observations à ou aux intéressés qui, par un signe de tête, doivent l'informer qu'ils les ont comprises. L'arbitre, par « Box », fait ensuite reprendre le combat.

5. Donner un avertissement.

Si un boxeur commet une infraction aux règles qui ne mérite pas la disqualification immédiate, l'arbitre interrompt le combat (Stop) et inflige un avertissement au fautif.

Cet avertissement doit être donné clairement, afin que le boxeur, les juges, le délégué, les instructeurs et le public en comprennent la signification (langage gestuel).

L’arbitre doit arrêter le combat (Stop) et démontrer l'infraction. Ensuite, il désignera du doigt le boxeur fautif à chacun des juges et fera reprendre le combat (Box).

Le délégué fera annoncer l'avertissement par le présentateur, sans attendre la fin de la reprise. (Eviter l'annonce : « pour boxe irrégulière » qui n'a aucune signification. Le véritable motif du « W » doit être annoncé par le présentateur).

Un arbitre, qui vient de donner un avertissement à un boxeur pour une faute, ne peut pas disqualifier ensuite le boxeur pour cette faute, sauf après la reprise du combat, pour une nouvelle infraction.

Si le boxeur est pénalisé par trois avertissements au cours du combat, il doit être disqualifié. Le troisième avertissement sera donné de la même façon que les deux premiers.

6. Disqualifier un boxeur qui n'obéit pas à ses ordres.

7. Disqualifier, avec ou sans avertissement préalable, un boxeur qui a commis une faute grave.

8. Réprimander les instructeurs qui ont contrevenu aux règles, et, en cas de récidive, éloigner l'instructeur de son coin pour la suite du combat en l'envoyant au fond de la salle.

Il peut également donner un avertissement au boxeur de cet instructeur et même le disqualifier.

9. Suspendre le compte d'un KD si le boxeur debout ne va pas immédiatement dans le coin neutre désigné par l'arbitre, ou s'il n'y reste pas.

10. Prendre toutes décisions ou toutes mesures utiles dans l'esprit du règlement lorsque surviennent des cas non prévus par les règles.

11. Prendre l'avis du délégué et des juges avant de donner la décision « No contest ».

Les délégués de réunion

Le Délégué de Réunion possède le contrôle total de la bonne marche de la réunion, il s’assure que toutes les règles de la FFB sont respectées.

La présence effective d'un délégué officiel représentant l'autorité fédérale est obligatoire à chaque rencontre de boxe. Pour les compétitions amateurs, nationales ou internationales, disputées en France, le délégué est désigné par la FFB. Pour les autres compétitions, il est désigné par le Comité régional.


Le rôle des Délégués de réunion

 

 

Share |